Portrait d’un escroc : Matthieu Carré

 

 

Lévitique 19:11

Vous ne déroberez point, et vous n’userez ni de mensonge ni de tromperie les uns envers les autres.

 

 

 

Ce portait est le premier du genre, j’espère aussi le dernier.

Le dossier de Matthieu Carré était dès le début compliqué. Architecte, président d’OCR-expertise, il était incapable de faire le virement international pour réserver sa place, alors qu’il connaissait très bien la Pologne, parle la langue, et qu’il y avait fait des transactions par le passé. Il voulait aussi retarder le paiement pour diverses raisons. C’était en fait une manœuvre pour ne pas payer, vous comprendrez mieux en lisant la suite.
Il me demanda aussi une facture avec pour objet “Stage Maîtrise de soi”, curieux pour un bureau d’étude/expert en bâtiment, mais “cela ne nous regarde pas”.

 

 

La carte de visite qui accompagne chacun de ses emails

 

 

A Varsovie, je découvre un homme bedonnant, de bonne humeur, blagueur, plein d’assurance. Mais quelque chose clochait.
Tout le long de son séjour, Matthieu demanda des avances avec désinvolture : une chemise tactique, beaucoup de  munitions, quatre nuitées, un sac à dos Helikon d’une valeur de 150 euros (j’avais refusé sur ce dernier bien qu’il ait insisté), des repas au restaurant payés à l’œil.
Pour lui, rien de plus normal, il était un chef d’entreprise, ce n’était que des montants négligeables et une pratique courante en B2B.
De mon coté, j’étais mal à l’aise, je lui expliquais que j’avais déjà eu des problèmes avec des mauvais payeurs par le passé.
Lui me répondait avec assurance : “Ne t’en fais pas, je ne suis pas un étudiant, ni un smicard. En tant que président d’OCR-expertise et associé chez QUARTET ingenierie* , pas besoin d’écrit,  je te rembourserai.
Tu as ma parole, je ne vais pas risquer ma réputation pour si peu”

Comme (certainement) beaucoup d’autres avant moi, je l’ai cru. Et puis pour moi, la parole d’un homme est importante, inutile de se crisper.

Le stage Pistolet ne fut pas une partie de plaisir pour Matthieu. Il fut réprimandé tout le long pour son manque de discipline, que ce soit à cause de la direction baladeuse de son canon ou de son doigts sur la détente.
Lorsque notre instructeur Adam le reprenait avec sévérité, Matthieu chuchotait en rigolant aux autres stagiaires, glock en main : “je vais le tuer” , en français bien sûr pour ne pas être compris par Adam.
Matthieu avait toujours de bons mots, comme si il voulait éviter de perdre la face auprès des autres stagiaires après une correction qu’il vivait (à tort) comme une véritable humiliation.
Lors de ce stage, un stagiaire, ancien FO, qui a longtemps côtoyer des criminels, m’avait mise en garde sur son comportement. Ses blagues douteuses, pistolet à la main, étaient suspectes.
De plus, son manque de concentration était dangereux pour les autres.

Evidemment, Matthieu Carré n’a pas validé son stage pistolet et n’a pu participer à notre troisième journée optionnelle axée vitesse.
Ce n’est absolument pas un reproche, nous progressons tous de façon inégale, et toutes les corrections que lui a fait Adam (il est sévère et rugueux, je l’admets) étaient en fin de compte bénéfiques pour lui.
Jamais un instructeur n’aurait repris ses erreurs en France. En Pologne, Matthieu a pu “travailler” pour la première fois le tir dynamique avec un holster encadré par un pro, avec les procédures des pros.
Seulement, même s’il ne laissait rien transparaitre derrière son grand sourire corporate, son égo semblait avoir été froissé. J’en avais parlé avec lui mais il m’avait dit que tout était ok, même s’il se moquait gentiment de ma manière d’arrondir les angles.

Avant de quitter la Pologne, il me demanda de faire son check out avec du retard et d’imprimer son billet d’avion.
Il a aussi demandé que je lui commande un taxi. Souriant, il me rassure, tout figurera sur la facture finale, l’homme n’est pas à une demande de service ou à un larcin près.
Recomposant toutes ces séquences de demandes de biens et de services incessants dans ma tête, toujours aux frais de la princesse, j’ai eu un sérieux doute sur notre “honorable président chef d’entreprise” et j’ai envoyé ma secrétaire lui faire signer une reconnaissance de dette manuscrite.

 

 

 

 

La reconnaissance de dette de Matthieu Carré. 

 

 

Une semaine après, toujours pas de virement, mais dans un email du 31 Août, il s’engagea à faire le virement le 1er septembre. L’homme n’est pas à une tromperie ou à un faux engagement près.

 

 

A ce jour, il n’a rien remboursé, et il ne répond plus au téléphone. Je suis bloqué par les standards téléphoniques d’OCR-expertise et de QUARTET ingenierie. Mes emails de réclamation restent sans réponse. La stratégie du mort, un classique des malhonnêtes qui n’honorent pas leur dette.

C’est à cause de ce type d’individu que les échanges commerciaux sont tendus, plus généralement, que le lien de confiance entre les hommes est brisé, que nous nous méfions les uns des autres.
Qui sait si demain, un stagiaire dynamique, souriant qui me demandera un service ne sera pas un autre Matthieu Carré ? Et je devrais alors me méfier, probablement refuser de le dépanner.
C’est à cause des individus malhonnêtes comme Matthieu Carré que la parole de l’homme n’a plus de valeur, que l’honneur et l’éthique sont des concepts malléables au grés de nos vexations et de nos intérêts immédiats.

En tant que victime de vol, nous avons le devoir de faire circuler les noms des escrocs pour protéger notre prochain. 
Si vous travaillez dans un cabinet d’architecture, dans le milieu du bâtiment, ou si vous vivez sur Lille, faites circuler le nom de Matthieu Carré, celui de son entreprise OCR-Expertise et celui de QUARTET Ingenierie.

Ces individus malhonnêtes doivent être mis à jour, nous sommes tous responsables de la société dans laquelle nous vivons.

 
 
* après recherche, les comptes de Quartet ne sont pas déposés, cela me semble un peu léger pour une entreprise d’ingénierie et d’étude technique
 
D’autre part, l’entreprise a été créée en 2019, pourtant elle prétend avoir participé (lisez les descriptifs techniques des projets, ils sont rigolos) à la réalisation de neuf grands projets  :
la  salle-de-sports-de-louviers
Euratechnologies
etc, etc…
Ce type de projets publics ou commerciaux demandent des années d’étude et au moins trois ans pour leur réalisation.
Balèze pour une société créée en 2019….
 
Peut-être qu’un rendez-vous permettra d’éclaircir tout ça ?
Ca sera 400 euors /h payable d’avance. Etonnant ! Je pensais que Matthieu Carré était pourtant un adepte du crédit !